+216 52 981 644
      Av. Abou Loubaba El Ansari-Résidence Essaraya, Ré de jardin. Bloc D - El Menzeh VII - Tunis

Kaouther Jellazi Ben Ayed

Kaouther Jellazi Ben Ayed (Alias « Kassou »), née en 1966, vit et travaille à Tunis. Elle est titulaire d’une maîtrise d’Enseignement en Arts Plastiques, spécialité peinture, de l’Institut Supérieur d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Depuis 1991, elle participe à des biennales et des symposiums internationaux et à des expositions collectives aussi bien en Tunisie qu’à l’international.

Sa première exposition personnelle « De l’imperceptible et du visible » a lieu à la galerie Artémis, en 2004. En 2006, elle assure le rôle de commissaire de la IVe Biennale Méditerranéenne des Arts de la Ville de Tunis « Le Feu Sacré ».

Connue pour l’originalité de ses « Dames aux cous oblongs », habituellement appelées « femmes-girafes » ou « Kayanes » qui vivent dans des villages baptisés : « zoos humains », Kassou les libère de leurs anneaux en laiton, cette sorte d’extension corporelle. Sans remettre en cause leur identité culturelle, elle les convie à se forger, chacune à sa manière, sa propre identité picturale.

Kaouther ne rompt pas avec la recherche. En 2014, elle soutient sa thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Arts traitant du concept de l’hybridation. Sa thèse met en exergue des pratiques artistiques, à fort coefficient d’impureté, pointant du doigt un désir de non-sens et générant une nouvelle expérience esthétique : une esthétique du vide. En 2018, Kaouther sillonne son jardin secret et revient avec une exposition individuelle : « Fil de soi » à la galerie Kalysté.


Tél.:
: +216 22 341 762
E-mail:
: benayed.kassou@planet.tn
 
 

Absurdité heureuse


Attente fébrile


Ba7dha 7bibti ta7la essahriya


Candeur virginale


Compagnie faussée


Coquine en dentelle


Dame de cœur


Délire fleuri


Douceur corsée


Empreintes en dentelle


En chair


Envie


ki dar kès el 7obb


Passion éthérée


Passion exacerbée


Rêveuse d’éternité


Supplice


Suspension subtile


Tornade fugace


Torrent d’amour


Toutes en chœur